© COMPASS FILMS | 33 (01) 4857 9550 | Email Compass Films | Web design by Julien Gautier

 

ENGLISH

un film

de

Frédérique Lengaigne & Klaus Reisinger

synopsis extraits festivals les coulisses photos

 

ELEPHANT POWER

2000 - documentaire - 52 min.

réalisé par Frédérique Lengaigne & Klaus Reisinger

super 16 mm

Un tiers de tous les éléphants d’Asie qui habitent notre planète, environ 6 000 animaux, vivent dans les forêts de Birmanie. Le film suit, dans leur habitat naturel, une horde d’éléphants sauvages confrontée aux assauts des fermiers et de l’industrie du teck. Leur nombre, qui dépassait autrefois le million d’individus a été réduit petit à petit à seulement quelques milliers. Elephant Power est le portrait d’une espèce en état de siège.

Synopsis

Les éléphants sauvages survivront en Birmanie aussi longtemps qu’ils auront assez de forêts et d’espace vital. Le nombre d’animaux en Birmanie est relativement stable contrairement au reste de l’Asie où les populations ont été décimées par le braconnage et la déforestation. La Birmanie abrite également la moitié des forêts tropicales du sud-est asiatique.

A peine 100 kilomètres au nord de la capital Yangon, s’étendent les contreforts du Bago Yoma, une chaîne de montagnes située au centre de la Birmanie. Les rizières laissent la place aux forêts de teck et de bambous qui sont le domaine des éléphants sauvages. Guidés par la matriarche, la horde vagabonde à la frontière entre les champs cultivés et la forêt. Mais chaque jour, cette frontière se déplace, amenant de plus en plus de monde pour couper les arbres et brûler la terre pour la cultiver. Le conflit entre les fermiers et les pachydermes est inévitable.

Pourtant les forêts du Myanmar abrite des milliers d’autres éléphants qui y vivent à l’abri et en toute sécurité. Le pays est un des derniers endroits au monde où l’on peut encore voir des éléphants domestiqués et leurs cornacs travailler côte-à-côte pour l’industrie du bois. A l’opposé du système de coupe claire, l’extraction est sélective, un arbre à la fois, une méthode qui occasionne beaucoup moins de dégâts et ne nécessite pas la construction de nouvelles routes. Mais pour ça, il faut requérir la force des éléphants. C’est la seule solution pour exploiter les forêts sans les détruire.

A l’aube, les oozies (cornacs) baigne les animaux dans la rivière avant le début de leur journée de labeur. Malgré leur taille impressionnante, les éléphants sont des créatures extrêmement sensibles qui nécessitent des soins constants. Cependant, un oozie se doit de ne jamais oublier que ce sont des animaux sauvages de quatre tonnes, retenus seulement par le dressage et capables de tuer un homme en une fraction de seconde.
Après leur bain, les hommes attachent un harnais de bois sur chaque animal et les couples indissociables s’enfoncent dans la jungle.

Dans le Bago Yoma, le conflit avec les fermiers a pris de telles proportions que les autorités se voient forcées d’intervenir. Elles dépêchent sur place une équipe de chasseurs et le vétérinaire U Saw Win qu’elles ont chargés de capturer un éléphant dans la région. Prélever un jeune éléphant sauvage peut intimider et calmer les velléités du reste de la horde. En plus, du sang neuf est toujours le bienvenu dans les camps de travail. Les animaux domestiqués se reproduisent très difficilement en captivité et ils ne sont jamais assez nombreux.
Une jeune femelle est bientôt escortée hors de la forêt, enchaînée comme un prisonnier de guerre. Nuit et jour, elle sera soumise à des attouchements constants, des bruits et des lumières aveuglantes, jusqu’à ce que son esprit et son corps finalement se soumettent.

Bien que le dressage et le travail soit extrêmement pénibles pour les animaux, c’est peut-être une meilleure solution que l’alternative : quand on remplace les éléphants par des machines, leur nombre à l’état sauvage dégringole brusquement. Ils sont souvent abandonnés, deviennent dangereux et finissent abattus par un fermier.

U Saw Win, le vétérinaire, est persuadé que l’utilisation des éléphants pour l’exploitation du teck est leur meilleur passeport pour le futur. Pour lui, le prix à payer pour leur survie est la liberté.

haut de page

Credits

producteur(s)

Frédérique Lengaigne
Klaus Reisinger
Brian Breger

réalisateur

Frédérique Lengaigne & Klaus Reisinger

chef opérateur

Klaus Reisinger

ingénieur du son

Frédérique Lengaigne

monteur

Kris Kral

auteur

Dixon Steele

compositeur

Michael Whalen

2e caméra

Frederique Lengaigne

narrateur

Stan Watt

producteur(s) éxécutif(s)

David Royle
National Geographic

directeur département animalier

Keenan Smart
National Geographic

coordinateur de production

Anne H. Daniel

directeur de la production

Sharon Parbs

supervision de la production

Bruce Norfleet

coordinateur de terrain

U Aung Myo Chit

traducteur

Phyu Phyu Khin

assistant monteur

Charlene Hamer
Michael Lang

documentaliste

Brian Suskiewicz

monteur son

Jason Kaplan

mixeur son

Nelson Funk

monteur on-line

Vicky Braden

étalonnage

Dave Markun

images d'archive

Compass Films

doubleur

Christen Clifford
Christopher Hirschmann
Jim Potts

moyens de production

Henninger Media Services
Rodel Media Services
Park Group
Gizmo
Spin Cycle Post

consultant

Elephant Trackers
Ko Thaung Kyi
Zaw Min Oo

photographe

Frédérique Lengaigne

remerciements

Ministry of Forestry Myanmar
Office of Strategic Studies of Myanmar
Woodland Travels
Myanmar Timber Enterprise
Gulliver Travels
Herve Flejo
Thuzar Tun
U Saw Win
Aung Kyaw Nyein
Shwe Zin Oo
Helena Holland Breger
Dr. Krishnamurthy
Dr. Raman Sukumar
Asian Elephant Research Conservation center Bangalore
and
U WIn Aung

haut de page

Extraits

EXTRAIT QUICKTIME - 2 min

Copyright 2000 NGT, INC
ADSL HIGH SPEED 1mb/s
 

EXTRAIT QUICKTIME - 2 min

Copyright 2000 NGT, INC
Medium Connection 512 kb/s
 

EXTRAIT QUICKTIME - 2 min

Copyright 2000 NGT, INC
Slow Connection
 

haut de page

- Michael Whalen Music

- Distributed by National Geographic Television International

- Best Educational Film at Misoulla International Wildlife film festival

- Gulliver Travels - Myanmar